miradas a la ciudad informal

design

Let’s colour!


En FrançaisIn English – Un momento de poesia con esta publicidad de la marca de pintura Dulux llamada Let’s colour! en donde pintan una escuela en Londres, las escaleras Lapa en Rio de Janeiro, habitaciones sociales en Aulnay-Paris y todo un barrio en Jodhpur en India. 120 colores intensos fueron utilizados para colorear muros grises viejos y deteriorados. Mas de 650 personas de todo el mundo trabajaron gratuitamente y el resultado es impresionante. Let’s colour! es ademas un interesante proyecto a seguir en : www.letscolourproject.com


Cellular design for Africa’s drinkable water access by Le Laboratoire


From 24 September 2010 to 30 January 2011, Le Laboratoire* is running an original experimental exhibition on the theme of water, and in particular, the transport of water; the exhibition looks at how this could be made environmentally reliable and more natural.

To probe these questions, French designer François Azambourg and American scientist Don E. Ingber brought together a panel of researchers, with the assignment of coming up with a prototype container as close to nature as possible. The panel looked into the feasibility of transporting water via a system inspired by the biological cell, based on a suggestion made in the course of a number of lectures in Harvard University during the fall of 2008 by Professor David Edwards, the founder of Le Laboratoire. Originally perceived as rather utopian, it is now considered that this could actually be done by harnessing the expertise of experienced specialists.

François Azambourg has since been developing this idea through new forms of cell design, and has been preparing the set for Le Laboratoire exhibition. As part of Le Laboratoire’s participative approach, he invited ENSCI students to actively participate in the project.

The experiment is being developed in close collaboration with the scientist Donald Ingber, a cellular biochemistry specialist, and David Edwards, with input from the French researchers Raphaël Haumont and Sidi Bencherif, specialized in the physicochemical properties of materials.

Entitled Cellular Design, the exhibition will go through the various project steps, from initial tests (successes and failures alike) to new forms of bottles incorporating a cellular and ephemeral design. Info and bios about the exhibition here

The Cellular Design exhibition will detail all the creative processes involved in the experiment. Reproducing the daily work environment of a research laboratory, the project has been designed with complete transparency in mind: from tests to successes, from prototypes to end products, including specimens and failures.

François Azambourg has opted to remain as close as possible to the scientific truth. His staging of the experiment, at the frontiers of eco-design, meshes with the processes of nature itself.

The original inspiration came in the form of a seaweed which gave the designer the idea of creating a tree-like sculpture depicting the various research paths. This illustrates the multiple arcs of initial reflection, some of which have been brought to fruition, with others yet to be thoroughly explored.

By depicting the current state of research, Le Laboratoire is suggesting that investigations should be pursued, and highlights the idea that innovation is an ongoing process. In a nearby room, the new forms of container are on display, suggesting a designed water, transported by new forms closer to nature. A cellular design incorporating eco-environment and sustainable development.

PUMPKIN IN LABOSHOP

The Pumpkin is a beautiful way to carry water as Nature does, without harming the environment, while sustaining life, as we know it. With inspiration drawn from the biological cell, The Pumpkin helps you carry water in multiple ways, large and small volumes, filtering it if you wish. Nothing gets thrown away. With water becoming the world’s most precious and endangered resource, The Pumpkin is the ideal personal bag for the 21st century.

The Pumpkin hangs from your shoulder, fixed to a convenient purse or handbag, holding just enough water to get you through the day. In circumstances of sport, as when you go hiking, The Pumpkin can fill up and sit on your head, or, like a rucksack, cling to your back. If you need to carry large quantities of water, as in hard work or relief conditions, The Pumpkin can transport up to 15 liters of water around your shoulders and neck.

The Pumpkin is also the catalyst of an international humanitarian experiment to improve water transport in parts of the world with restricted access to clean water. From the fall of 2010 through the summer of 2013 ArtScience Labs, working with South African students, professors, and nonprofits, as well as the students and faculty from Harvard University where the original idea of The Pumpkin emerged in the fall of 2008, will explore ways to improve water transport in local African communities. Revenues from sale of The Pumpkin will support this humanitarian experiment, potentially leading to the startup of an African company to pioneer the safe, beneficial, ecologically sustainable transport of water in the 21st century. Support the humanitarian project, by becoming a Pumpkin’s friend. To subscribe, email the Pumpkin team at: info@pumpkin.com

Since its first season, Le Laboratoire has maintained a special relationship with Africa. With this experiment several teams of researchers, students and desi- gners, working within the international network of ArtScience Labs, turn now to the problem of water transport and access in some of the most difficult human conditions of Africa.

This project, first developed in The Lab at Harvard in the fall of 2008, was enjoined by the French designers Mathieu Lehanneur and Julien Benayoun in the winter of 2009, leading to a first prototype water vessel, inspired by the biological cell (it actually resembles a pumpkin), which the Harvard and French teams expe- rimented with in African villages in the summer of 2009. More info and technical sheet here

Several international teams have come together for this project, including four ArtS- cience Lab teams (from Le Laboratoire, the LaboGroup, The Lab at Harvard, and the ArtScience Prize), the University of Pretoria (with Professor Philip De Vaal and Japie Schoeman), and the South-African-based nonprofit Medicine in Need (MEND) (with Bernard Fourie chief scientific officer, and Noémie Tassel programs director). Taking once again inspiration from the biological cell, these teams are working with local populations to find more efficient and sustainable ways to deliver water in South African shantytowns, starting with the object now called The Pumpkin.

Invited to finish the design of The Pumpkin, the French designer Mathieu Lehanneur has collaborated with David Edwards on an object that can carry large – and small – quantities of water, practically, and even so fashionably that it may be attractively used and carried in Paris, New York – or Johannesburg.

The Pumpkin was presented to the public on September 24, 2010. A first version is available in Laboratoire’s prototype store, the LaboShop. This will mark the beginning of a three-year experiment focused in South Africa. The international teams, through the local oversight of MEND and the University of Pretoria will help local inhabitants imagine new ways of transporting water, inspired by the principles of The Pumpkin, but also by local ingenuity and initiative.

The Pumpkin is imagined as a catalyst for local innovation around water transport. Over the three years of the experiment, LaboGroup and its partners will produce The Pumpkin for commercial sale in Paris and other parts of the developed world, with profits directed toward the charitable cause, and continuation of this experi- ment aimed at improving access to water in some of the harshest conditions encountered today.

*Le Laboratoire

INNOVATION AS CULTURE

David Edwards

Labs are places of experience. We enter to explore. Each minute in a functioning lab is like a page of a smart novel that loses meaning without reference to what came before and is about to follow.

Art, like science, is such an experience, and, yet, we encounter art and science in our museums more frequently as outcome, as product – dug up, carved down, highly edited – that follows a mysterious process of creative thought and engagement.

Process, of course, is hard to define, to classify or to curate. It can seem beside the point. Sometimes, however, it is not. Occasionally, processes of exploration, discovery and innovation matter more than any result these processes ever produce. This seems increasingly the case in culture as in industry and society generally speaking. The pace of change in the “post-Google world” imparts transience to works of art, industry, research and social enterprise to the degree that results or products, as in the canonical research lab, appear mere points along a long and intriguingly winding curve. This curve, the engaging drama, has replaced the dots that make up the curve, the words and the clever sentences, as the predominant reference of value, and anything discrete and definitive seems increasingly suspect.

What is this creative process? As I argue elsewhere,[1] idea development in culture, industry, education and society can be conceived as a kind of experimentation, where the catalyst for change, for movement – for innovation – is a fusion of those creative processes we conventionally think of as art and as science. This fused process, what I call ‘artscience,’ is the basis of a new kind of culture center we have opened in central Paris.

Le Laboratoire, located in Paris’s first arrondissement, invites the public to experience the creative process that drives innovation and value in culture as in industry, society, and education as a fusion of art and of science producing tangible – if transient – art and design outcomes. These outcomes or “works-in-progress” result from experiments conceived of and led by leading international artists in collaboration with leading international scientists. Le Lab is a kind of off-Broadway, or pre-museum, aiming to catalyze change in culture, industry, society and education with partners who invest in the exploration process more decidedly than in the guarantee of any outcome this process might produce. Photographies from Le Laboratoire and Phase One Photography


Le Design Cellulaire pour l’accès à l’eau potable en Afrique au Laboratoire


Du 24 septembre 2010 au 30 janvier 2011, Le Laboratoire présente une exposition expérience inédite sur la thématique de l’eau et plus particulièrement celle de son transport. Comment le rendre écologiquement fi able et plus naturel ? Pour répondre à cette problématique, le designer François Azambourg et le scientifique Don E. Ingber ont réunit un panel de chercheurs et se sont attachés à inventer un modèle de contenant qui soit au plus proche de la nature.

Imaginons la possibilité de transporter l’eau en s’inspirant du modèle de la cellule biologique… Cette suggestion soulevée à Harvard à l’automne 2008, lors d’un cours mené par le fondateur du Laboratoire, le Professeur David Edwards, est à l’origine des travaux en cours au Laboratoire. Elle pourrait sembler utopique et pourtant elle s’avère être réalisable grâce à l’intervention d’experts renommés. François Azambourg travaille depuis à des nouvelles formes de design cellulaire et élabore la scénographie de l’exposition qui sera présentée au Laboratoire. Dans une volonté participative, il a convié ses étudiants de l’ENSCI à s’inscrire activement dans le projet.

L’expérience est menée en étroite collaboration avec le scientifique américain Don E. Ingber, spécialiste de la biochimie cellulaire et David Edwards ; accompagné des chercheurs français Raphaël Haumont et Sidi Bencherif, spécialistes de la physique-chimie des matériaux. L’exposition Le Design Cellulaire présente les étapes fondamentales inhérentes à la réalisation du projet ; des essais réussis mais également loupés ; et enfin des nouvelles formes de bouteilles autour d’un design cellulaire et éphémère….

* Le Laboratoire est tout à la fois un lieu de recherche expérimentale et un lieu de présentation des œuvres. Il a pour vocation de susciter des évolutions dans la culture, l’industrie, la société et l’éducation, avec le soutien de partenaires qui portent leur intérêt sur les processus d’exploration davantage que sur les produits qui pourraient en sortir.

SCÉNOGRAPHIE

L’exposition Le Design cellulaire a la particularité de présenter tous les processus de création qui ont été mis en oeuvre au cours de l’expérience. Sur le modèle d’un quotidien de laboratoire de recherche, le projet est montré de façon à tout dévoiler : des essais aux succès, des prototypes aux produits finis en passant par les échantillons et les échecs.

François Azambourg a choisi de rester au plus proche de la vérité scientifique. Sa mise en scène de l’expérience, aux frontières de l’éco-conception, rejoint les process de la nature elle-même. C’est en s’inspirant d’une algue que le designer a créé une sculpture arborescente qui se fait l’écho des différentes voies de recherche. Par le biais de cette installa- tion, les différentes approches de réflexion sont exposées ; certaines voies ayant abouti, d’autres étant toujours en cours d’exploration.

En montrant l’état actuel de la recherche, Le Laboratoire invite à pousser encore plus loin les investigations et tend à prouver que l’innovation est toujours en mouvement. Dans une salle adjaçente sont exposées les nouvelles formes de contenant, celles qui suggèrent une eau designée, transportées par de nouvelles formes au plus proche de la nature. Un design cellulaire aux marges de l’éco-environnement et du développement durable.

Le design cellulaire, un projet de recherche écologique lancé par l’expérience présenté au Laboratoire, cherche à créer des contenants d’eau et d’autres liquides, aussi efficaces que la cellule biologique – la forme la plus basique des contenants naturels d’eau. Cette inspiration reflète une tendance Dans le design l’engineering et l’architecture, celle du suivre l’exemple de la nature, en forme comme en fonction. L’expérience menée au Laboratoire n’est que le début d’un processus de recherche dans le but est de nous proposer une nouvelle Technologies pratique, surprenante et opérationnelle et qui nous aide à mieux protéger la planète. Elle implique aujourd’hui des pistes abandonnées, des pistes prometteuses, des formes familières comme des formes bizarres – et le début d’un processus industriel… Dossier de presse de l’exposition

L’accès à l’eau

En Afrique, au tournant du millénaire, environ 36% d’habitants n’ont pas d’accès facile à l’eau potable, et 75% n’y ont pas accès à leur domicile. En 1001, le nombre annuel de décès dus aux maladies liées à la dysenterie, aggravées par la qualité médiocre de l’eau y a été estimée à 707000. En 2009, cette cause de mortalité concerne un décès d’enfant sur cinq. Dans ces régions en manque d’eau, il faut parfois marcher plusieurs kilomètres chaque jour pour aller chercher et transporter l’eau Dans des cruches, des bidons d’eau réutilisés et autres contenants de fortune.

L’efficacité de la cellule biologique

La cellule biologique peut avoir des formes et des fonctions très variées. Mais une fonction reste constante – celle de transporter, filtrer, et préserver l’eau. L’eau pénètre et sort de la cellule par diffusion à travers la membrane, qui reste indissociable du contenu de la cellule. On ne peut pas facilement extraire l’eau de la membrane qui l’englobe, au même sens où on ne peut pas enlever la peau de l’orange ou le raisin, sans changer irréversiblement la nature de la peau ou du contenu. La membrane – ou la peau – de la cellule existe dans un état d’équilibre avec l’eau à l’intérieur de la cellule. Si la membrane change de forme la cellule en général change sa fonction biochimique, une fonction qui est distribué Dans les nombreux compartiments de la cellule. Ces aspects de l’efficacité e la cellule nous ont inspiré Dans le design de nos bouteilles consommables, comme dans le design du Pumpkin

La bouteille de Demain

Avec l’ère industrielle; on consommé l’eau Dans des contenants artificiels qui empoisonnent la nature, la source même de ce liquide précieux. La dégradation de l’écologie planétaire nous force à ré-imaginer cette pratique. La bouteille de Derain devrait, nous croyons ressembler au Raisin, à l’orange, ou à la banane? Elle devrait permettre le transport de l’eau et d’autres liquides à court terme Dans les conditions variables de la planète, et permettre la consommation de l’eau sans dégrader l’écologie. Elle devrait nous faire penser constamment à la fragilité précieuse de la vie terrestre.

L’alginate et le Pla

Depuis des années on remarque que les alginates, polysaccharides de la famille d’algues, “laminaires” possèdent une propriété importante? Dans un environnement cationique, ces molécules forment des gels Dans lesquels l’eau se diffuse avec difficulté. Ces gels peuvent alors être crées facilement par le contact des alginates solubilisés Dans l’eau avec de l’eau contenant un excès de cations. Ces gels étant naturels, et constitués par une réaction réversible, ils peuvent servir comme une membrane autour de l’eau telle une forme de bouteille. Mais fragile. Pour protéger les membranes d’alginates, nous avons réalisé que nous pouvions utiliser le polymère biodégradable utilisé dans les sutures médicales (Le Whif aérosol de chocolat en poudre). Ce polymère se dégrade pour produire des acides naturels en contact de l’eau. Mais avec les membranes d’alginate, nous avons découvert que ces polymères ne se dégradent pas ou se dégradent moins. Donc nous avons inventé des formes de bouteille où les alginates protègent le PLA et le PLA protège les alginates – un peu comme l’œuf avec sa coque de calcaire autour de la membrane molle.

Pumpkin au LaboShop

La 11e expérience du Laboratoire s’inscrit dans une démarche innovante, à vocation humanitaire. Avec la création du Pumpkin et son exposition au LaboShop dès septembre 2010, Le Laboratoire participe au lancement d’un programme caritatif mis en place en Afrique du Sud par le réseau Artscience Labs.

Le Pumpkin est avant tout un moyen novateur de transporter l’eau dans une approche qui soit au plus près de celle de la Nature. Grâce à son design inspiré du modèle de la cellule biologique, le Pumpkin permet de transporter l’eau dans des conditions environnementales optimales, de multiples manières, sur des petits et grands volumes. Chaque partie du Pumpkin a une utilité pratique répondant aux préoccupations actuelles. L’eau nous est précieuse ; ses ressources sont mena- cées. Face à ce délicat constat, le Pumpkin pourrait être le sac idéal du 21e siè- cle.

Fonctionnalités – Le Pumpkin est divisé en deux parties fonctionnelles : un élément sac qui permet de ranger ses affaires personnelles et un élément soufflet qui permet de transporter l’eau dans un volume utile journalier (2,3 litres). Clipés l’un à l’autre, ces deux éléments forment le Pumpkin. Il peut être porté sur l’épaule ou le dos. Il peut être modifié et agrandi avec la possibilité de transporter jusqu’à 15 litres d’eau. Fiche descriptive du Pumpkin

Un projet humanitaire – Le Pumpkin est le catalyseur d’une expérience interna- tionale humanitaire dont le but est d’améliorer efficacement les conditions sanitai- res du transport de l’eau dans les pays pauvres. En éditant un premier prototype du Pumpkin, Le Laboratoire contribue au lancement officiel du programme huma- nitaire prévu sur trois ans. Le Pumpkin pourra être édité sur commande ; à terme, le bénéfice de ses ventes sera reversé au programme et contribuera à développer les recherches en Afrique du Sud où le travail avec les populations locales est très actif.

A l’origine du projet : une idée originale de Michael Silvestri et d’autres étudiants avec le professeur David Edwards lors de son atelier Idea Translation Lab à l’Université d’Harvard. Inspiré par la biologie cellulaire et la recherche de Donald Ingber, le projet Pumpkin s’est avancé rapidement vers un dialogue entre David Edwards et Mathieu Lehanneur. Une équipe parisienne, dont le designer Julien Benayoun, et Manuella Passard du LaboGroup, ont ensuite collaboré avec Mathieu Lehanneur et David Edwards afin de produire le Pumpkin, testé pour la première fois en Namibie en été 2009. Soutenez le programme humanitaire et réservez dès maintenant un Pumpkin de la première série numérotée. Réservez votre Pumpkin :laboshop@labogroup.com

Des entités internationales participent au projet guidé aux cotés d’ArtScience Labs : l’institut Wyss à Harvard et à Cape Town, l’Université de Pretoria avec les professeurs de génie chimique Philip De Vaal et Japie Schoeman, et l’ONG Medecine in Need avec Bernard Fournié (directeur de MEND en Afrique du Sud et Noémie Tassel direc- trice des programmes européens).

Hugo Van Vuuren teste le prototype en Namibie

Photos par Le LaboratoirePhase One Photography et François Azambourg